Hier après-midi, à l'Assemblée nationale, alors que s'ouvrait le débat sur la préparation du budget 2011, le Ministre du Budget, François Baroin (celui-là même qui s'est permis de donner des leçons  d'usage de la démocratie à la Gauche), a annoncé une batterie de baisse des aides. Ce sont les personnes les plus vulnérables qui vont en pâtir. On ne touche pas au bouclier fiscal qui permet à la plus grande fortune de France de toucher un chèque de 30 millions d'euros mais on s'attaque toujours aux plus fragiles: les jeunes, les personnes handicapées et celles qui sont au chômage.

L'aide au logement étudiant: le gouvernement envisage de supprimer la possibilité donnée aux étudiants et à leurs parents de cumuler l'Allocation Logement et la demi-part fiscale pour enfant à charge. Déjà privées d'allocations familiales, ces familles doivent, en plus, être privées du quotient familial!  C'est une véritable provocation! Plus de 700 000 étudiants bénéficient aujourd'hui des aides au logement. Et la demi-part fiscale étudiante représente une dépense de 1,1 milliard d'euros. Les étudiants issus de la classe moyenne vont être les plus touchés: ils ne bénéficient d'aucune bourse et les aides au logement représentent leur seul soutien financier de l'Etat. De plus, un grand nombre d'entre eux sont obligés de travailler le soir après les cours pour s'en sortir, au détriment de leurs études. C'est inadmissible, surtout lorsqu'on connaît le montant des loyers des chambres d'étudiants!

L'aide aux handicapés: là encore, le gouvernement prend la responsabilité de décisions injustes. L'allocation aux personnes handicapées sera revalorisée de 3% l'an prochain au lieu des 4,5% prévus. Le président de la République s'était pourtant engagé...promesse non tenue. Une de plus!...

Les personnes handicapées tentent déjà de survivre avec une allocation adulte handicapée (AAH) dont le montant actuel est largement inférieur au seuil de pauvreté, soit 696,63 euros par mois. Cette faible revalorisation ne leur permettra pas  de pouvoir vivre décemment et obligera les parents à subvenir encore plus à leur quotidien.

Les contrats aidés: François Baroin a enfin indiqué que "le nombre d'emplois aidés va passer de 400 000 à 340 000 l'an prochain" avec une réduction du taux de subvention de l'Etat. "Dès cette année, la part de salaire payée par l'Etat sera ramenée de 90% à 80%, ce qui est déjà très élevé" a-t-il ajouté.

Dans une période où le chômage sévit, il est incompréhensible de réduire les contrats aidés qui permettent à un grand nombre de Français de pouvoir maintenir "la tête hors de l'eau".

Avec les franchises médicales, les déremboursements de médicaments, la hausse du forfait journalier hospitalier, jusqu'où ira le gouvernement dans l'élaboration de mesures injustes? Les populations les plus fragiles et les plus exclues vont devoir faire les frais de restrictions budgétaires supplémentaires. C'est une injustice sociale insupportable!